Ahouach-association

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Nous souhaitons au plus vite le retour à des conditions sanitaires normales qui puissent permettre de nouvelles missions médicales dans la vallée d'Oussertek

Mission médicale du 29 avril au 4 mai 2018

Compte-rendu de la Mission de Printemps 2018 dans la vallée de l’Oussertek.

Antoine Burguet 15/05/2018

 

Participants PDM :


Mireille Benhamou
pédiatre

Antoine Burguet pédiatre, chef de mission

Mme Naima Creach sage-femme

Mme Elsa Martinez infirmière


Date : du Dimanche 29 Avril 2018 au Vendredi 4 Mai 2018

Lieux : Vallée de l’Oussertek, 2200 m d’altitude

(dispensaire Imzough et maison particulière mise à disposition à Tidli).

à IMZOUGH ; Ce dispensaire est une richesse pour la vallée et pour les acteurs de PDM qui bénéficient à chaque mission de conditions de travail, et de conditions d’hébergement optimales. Ce dispensaire souffre cependant des intempéries: des travaux sont nécessaires au niveau de la baie vitrée à l’étage. L’humidité attaque les murs intérieurs, dégrade l’ossature en bois de la baie vitrée. Le salpêtre et l’humidité qui suinte le longdes murs ont été cachés pour notre séjour par de jolis tissus, mais le problème est réel pour cette grande salle du haut qui nous sert de salle à manger, de dortoir et de salle de débriefing. Ces travaux indispensables n’ont pas encore été réalisés faute de financement. Il faudrait envisager ces travaux sans tarder, la détérioration est visible à chaque mission.

à TIDLI : comme pour la mission d’Octobre 2017, les enfants ne seront plus examinés àl’école de Tidli/Tinghar, mais dans une maison particulière de Tidli mise à disposition parson propriétaire. Les enfants ne sont plus vus sur le temps scolaire, mais après leurjournée de travail. La formule a l’air de contenter tout le monde.

Travail préparatoire de la Mission : cette indispensable étape pas toujours visible dans les rapports de mission, implique pour chacune de nos mission différents acteurs que nous tenons à remercier, avec

a) Un temps administratif (Mohamed Jernite, président du groupe PDM Maroc quinotamment s’occupe des formalités nécessaires à la mission, Houssain Idali, président   du groupe Ahouach Maroc qui recueille les autorisations auprès du caïdde la vallée, et s’occupe de la logistique nécessaire à la mission, Isabelle Demeyère qui assure le lien entre différents acteurs ou responsables marocains (mise en lien avec Mr Jadr), Virginie Rossi, qui a préparé entre autre la conférence téléphonique permettant aux 4 membres de la mission de faire connaissance.

b) Un temps logistique de terrain (Houssain Idali qui bat le rappel des troupes sur leterrain, l’équipe d’Ahouach Maroc (Hassan Baghaz, Hassan Mahtot, Mohamed,Karim    ...), et Abdellah Ait-Tazart, aide-soignant qui maintient le dispensaire dans un état de propreté et de rangement impeccable.

Le poste d’Abdellah : Abdellah qui vit à Gliz, assure une permanence d’entretien et defonctionnement du dispensaire, dans les limites de compétence qu’il connait très bien et respecte. C’est un personnage clé du fonctionnement actuel de ce dispensaire. Il attend toujours la signature définitive de son contrat de la part des autorités, afin de bénéficier d’une reconnaissance et d’un paiement pérenne.

 

Contexte de la mission : le fonctionnement de cette mission a été marqué par trois choses

1) Des conditions météorologiques difficiles quasi hivernales. Il a fait froid, il a plu.C’est à peine si nous avons vu les montagnes deux heures chaque matin, les après-midi voyaient un ciel gris chargé d’humidité monter du bas de la vallée. Les enfants ne pouvaient attendre les consultations sur la terrasse comme à l’accoutumé en raison du froid. Ils ont été accueillis dans le petit couloir. Impossible dans ces conditions météorologiques de réaliser pleinement les sessions d’éducation à l’hygiène des mains et des dents. Nous ne pouvons en effet entreprendre les enfants par petits groupes sur la terrasse bien au chaud, et dans un couloir bruyant surchargé de monde une telle éducation est illusoire. Nous neferons des ateliers d’éducation qu’au cas par cas, quand les conditions de place et de bruit nous l’y autoriserons. Idem à Tidli.

2) Le nombre restreint des participants PDM (n=4), qui laisse finalement assez peude temps aux missions d’éducation. C’est bien dommage.

3) L’absence de rencontres avec les enseignants, absents durant cette semaine de« pont » (1er mai)

Le temps de secrétariat médical :

Les enfants de la vallée sont vus à chaque mission et c’est une originalité des missions dans l’Oussertek. L’état-civil et les données médicales sont consignés sur des fiches papiers conservés sur le site du dispensaire. Cette année, ce sont nos partenaires d’Ahouach qui ont assuré l’accueil des enfants, mesuré le poids et la taille des enfants, et préparé les fiches. Cette délégation des tâches s’est au final avéré payante (gain detemps, vérification des identités et des dates de naissances) grâce à la connaissance du terrain et des enfants.

Le temps médical :

Environ 190 enfants seront examinés du lundi au jeudi, répartis à peu près moitié-moitiésur les sites d’IMZOUGH et de TIDLI. Cet effectif est stable depuis les missions de Novembre 2014. Le temps médical s’articule sur un examen général, des mensurations systématiques (Pds, Taille, PB et PC), une recherche de la pâleur conjonctivale, un examen bucco-dentaire avec l’enregistrement du nombre de premières molaires définitives cariées. La recherche d’un goitre et d’une amblyopie sont également des temps clés de l’examen. Pour cette mission cependant, la vision ne pourra être testée defaçon systématique, sauf pour les nouveaux enfants. L’encombrement pour les raisons météorologiques du couloir du dispensaire ne permettra pas la réalisation du dépistage visuel habituel, et nous nous appuierons sur les données de l’examen systématique(réfractomètre) réalisé par Anne Avanzi-Gasca lors de la consultation de Septembre 2017.

De façon synthétique, il est possible de tirer le bilan médical suivant.

Globalement, les enfants vont bien. Ceux examinés cette année ne présentent pas de situation aigue ou critique (pas de dénutrition aigue grave par exemple, ni de pathologie infectieuse sévère).

Sur le plan nutritionnel (cf annexe) : 1 enfant présente des signes cliques compatible avec un état nutritionnel à surveiller de près. 5% des enfants présentent des indicateurs

nutritionnels OMS à surveiller (PB<14cm, PB/PC<0.28, Zscore de l’IMC < -2DS, Zscoredu poids attendu pour l’âge <-2). 30 à 40% des enfants présentent par contre un Zscore du rapport taille/âge <-2, mais on ignore la pertinence de cet indicateur dans cettepopulation où il est fréquent d’observer des mères de taille<1.50m.

Sur le plan de l’état bucco-dentaire : l’état est toujours aussi précaire, avec un effet village, un effet famille. Les enfants nous avouent ne se brosser les dents que de façon occasionnelle. Nous avons cependant la surprise de voir des dents définitives en bon état chez des enfants où la dentition lactéale avait été jugée catastrophique lors des missions précédentes. Cette « amélioration » apparente de la denture après chute de la dentition lactéale chez un assez grand nombre d’enfants est plutôt étonnante.

Sur le plan ophtalmologique : une dizaine d’enfant est connue pour présenter une amblyopie ou une astygmatie sévère. Certains de nos traducteurs sont eux-mêmes porteurs d’une telle amblyopie. Vu l’âge des enfants, l’intérêt d’un suivi ophtalmo doit être discuté car nos interlocuteurs sont démoralisés par la difficulté d’établir un suivi sur Marrakech (suivi pédiatrique en général et pas seulement sur le plan ophtalmo).

Sur le plan d’autres pathologies : six jeunes filles sont connues pour présenter un goitre homogène probablement d’origine carentielle. Nos traducteurs nous informent que les familles n’utilisent que rarement du sel iodé, et préfèrent un sel produit localement dans l’intérieur du Maroc mais non supplémenté en iode.

Sur le plan des soins systématiques : il est habituel lors de ces missions dans l’Oussertek de proposer assez facilement un traitement par Azole et une supplémentation martiale. Trouver des indicateurs de l’utilité de cette pratique n’est pas facile. Mais ce n’est pas pour autant que cette pratique soit inutile.

Le mot de la sage-femme trois femmes enceintes auront été examinées sur site ou àdomicile, avec un temps d’échange prolongé avec Naïma.

Frais engagés pour cette mission :

Frais de transport : Aller-Retour Aéroport-Vallée de l’Oussertek : 3000 dirhams
Frais de traduction : 5300 dirhams, calculés sur la base de 200 dirhams par jours et par interprète
Frais de phramacie : 6275 dirhams

Alimentation (à charge des missionnaires) 85 euros par personne pour la durée de la mission

Au total : cette mission de printemps 2018 ne fut pas forcément facile en raison des conditions météorologiques inhabituelles. L’organisation en a été impeccable. La gentillesse et la disponibilité des acteurs d’Ahouach Maroc est toujours aussi remarquable et enrichissante pour nous. Les enfants sont globalement en bonne santé, et les missions PDM y contribuent sans doute pour un petit quelque chose.