Ahouach-association

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Prochaine mission dans la vallée de l’Oussertek du 17 au 23 septembre menée par Pédiatres du Monde et composée de deux pédiatres, un médecin généraliste, deux sages femmes et une infirmière. Continuez à nous soutenir !

Le projet dans la vallée

Le Maroc.- 710 850 km2, 30,6 millions d'habitants (dont la moitié d'origine berbère), à 99 % musulmans. Monarchie constitutionnelle dirigée depuis juillet 1999 par Mohammed VI, intronisé à 36 ans après le décès de son père, Hassan II.

PNB annuel par habitant : 1 500 euros en 2005.

Plus de la moitié de la population a moins de 30 ans.

1 médecin pour 1778 habitants  - 1 lit d’hôpital pour 1141 habitants.

Taux de mortalité infantile : 41,6 pour 1000.

 

La vallée d’Oussertek.- Elle est située à 1 800 m d'altitude au cœur de la chaîne du Haut Atlas (point culminant, Le Toubkal, 4167 m). On y accède de Marrakech, en voiture jusqu'au plateau de l'Oukaïmeden (80 km) puis à pied à travers la montagne (2 h). Ou au départ de Marrakech jusqu'à Asni en voiture (50 km) puis à pied (3 h).
Elle est composée de cinq villages : Agadir, Gliz, Imzough, Tidli et Tinrouar.
Soit une population d'environ 3000 habitants dont de nombreux enfants et de personnes âgées.
C'est dans cette vallée, qu’est né à Imzough notre vice-président, Houssaïn Idali, et que notre trésorière, Isabelle Demeyère, a vécu un an,  plus particulièrement à Tidli, au début des années 90. Leur attachement à ce lieu et à ses habitants les pousse aujourd'hui à défendre ce projet de Centre de soins, initié il y a cinq ans par notre président Mohamed Hammani. Ce projet changerait l’existence des villageois qui vivent dans le dénuement sanitaire le plus total.

Par ailleurs, dès son ouverture, ce centre de soins pourrait également attirer la population de cinq autres villages (Ikis, Amsakrou,Tinghrouen et Argues) situés dans une vallée proche.

 Un dispensaire, pourquoi faire ?- La vallée vit en autarcie. Les seuls échanges économiques s'effectuent chaque samedi matin lorsque les hommes descendent au souk d'Asni, la commune dont dépend administrativement la vallée. Ce grand marché est situé à 2h30 de marche. On y trouve des arracheurs de dents, un dépôt de médicaments et un petit dispensaire qui affiche toujours complet. L'hôpital le plus proche est à Tannahout.
De la vallée, il faut marcher trois heures avant de rejoindre la route pour faire encore 20 km en voiture ; ou emprunter 30 km d'une piste chaotique. Un centre hospitalier plus mportant est à 80 km, à Marrakech. Notons que les femmes, qui tiennent toute l’économie de la maison, souhaitent rarement quitter le village pour se faire soigner car leur départ fragiliserait toute la famille.
Aussi, avec les enfants, les femmes seraient les premières bénéficiaires du dispensaire dans cette vallée où il n’existe aucun accès aux soins. La mortalité infantile y est élevée et on déplore deux à trois décès de mères en couches par an. En cas de maladie chronique, aucun suivi médical n'est possible. Le manque d'hygiène conjugué à l'absence de soins, même les plus simples (asepsie des plaies) provoquent couramment des infections plus aiguës notamment l'été, lors de la manipulation d’outils très tranchants durant les moissons.

Comment faire ?. - L'association Ennour s'est créée il y a quelques années pour aider au développement de la vallée et à l'amélioration des conditions de vie des habitants. 
Elle a déjà porté plusieurs projets : l'adduction de l'eau dans chaque habitation et le creusement d'une piste carrossable, deux chantiers qui ont été réalisés grâce à la force de travail des villageois.
L’association Ennour est donc partenaire du projet de centre de soins.
La commune d'Asni a donné l'autorisation de construire sur un terrain de 100 m2 situé en haut du village d’Imzough, à côté de l’école.
Le bâtiment  est constitué d’un rez-de-chaussée ou sont situées, salles d’attente, de soins, de repos, cabinet de consultation et d’un étage divisé en deux appartements qui serviront de domicile aux personnes appelées à venir soigner dans la vallée. Cette partie privative sera entièrement meublée par les soins de l’association Ahouach.

 Le fonctionnement.- L’équipement en matériel médical puis l’approvisionnement régulier en médicaments est placé sous le contrôle de la délégation médicale d’Al Haouz dans le cadre d’une convention de partenariat signée entre cette délégation et l’Association Ahouach.
Dans le cadre de cette convention, l’association Ahouach réclame en échange du bâtiment la création d’un poste d’infirmier (e) au centre de soins d’Imzough.
Cette demande est aujourd’hui en attente.
Par ailleurs, l’ONG Pédiatres du monde, s’est d’ores et déjà engagée, dans un partenariat d’aide au développement, à donner une formation au personnel para médical travaillant au sein de l’association française Ahouach, en conformité avec la convention signée entre cette association et la délégation médicale d’Al Haouz.

 Le financement.- La construction du bâtiment  a été financée par les dons de la Fondation Anber, la Fondation Apos, le Kiwanis Club international, la Commission des finances du Sénat au titre de la réserve parlementaire du sénateur du Nord Yvan Renar, les dons, les adhésions, les soirées de soutien organisées par l’Association Ahouach. Le bâtiment est estimé à 50 000 euros.

Dans l’attente de l’agrément des autorités marocaines,  l’association Ahouach continue de récolter des fonds afin de meubler l’étage et aussi et surtout, de mettre en place une réserve financière pour rendre possible le déplacement des malades dont l’état nécessiterait une hospitalisation à Tannahout ou Marrakech.