Ahouach-association

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Nous souhaitons au plus vite le retour à des conditions sanitaires normales qui puissent permettre de nouvelles missions médicales dans la vallée d'Oussertek

Mission médicale du 22 au 28 Septembre 2019

Rapport de mission Oussertek du 22 au 28 Septembre 2019

 

 

Participants PDM :

Antoine BURGUET pédiatre, chef de mission

Claire DUHAUT : Pédiatre

Amandine REMY : Interne en Pédiatrie

Caroline SCHOCH : Sage femme

Vanessa Petithomme : Infirmière

Virginie ROSSI-PERES : Coordinatrice


Suite à sa conférence téléphonique préparatoire du 03 Septembre, l’équipe pédiatrique de PDM retrouve Houssain Idali, président d’Ahouach Maroc, en début d’après-midi le dimanche 22 Septembre à l’aéroport de Marrakech.

Heureuse surprise : afin d’assurer les consultations des adultes de la vallée, Houssain a contacté lui-même Lahcen et Rakia, infirmier et médecin marocains qui interviennent à Skoura aux côtés de PDM. Deux véhicules adaptés ont été réservés par Houssain pour conduire cette équipe renforcée ce même Dimanche après-midi dans la Vallée de l’Oussertek.

Le taxi ne pouvant poursuivre son trajet au-delà du col de l’Oukaïmeden, c’est à pied que nous descendrons la piste pour le dispensaire d’Imzough, tandis que nos bagages suivront dans le 4x4 d’Houssain et à dos de mules. Tout ceci pour rappeler aux futurs candidats des missions de l’Oussertek qu’il faut être bon marcheur en montagne,en bonne forme physique et bien équipé.

Retrouvailles avec l’équipe locale et Abdellah l’aide-soignant qui entretient de façon remarquable le dispensaire. Hassan Baghaz, personne clé de la vie sociale associative des villages du haut de la vallée ne sera pas là durant notre mission. Par contre, tous nos accompagnants, guides et traducteurs habituels seront présents pour la semaine, et c’est un grand plaisir que de les retrouver : Hassan, Mohamed Y, Mohamed A, Karim, Meriem, Abdellah.

Installation au dispensaire. Briefing de la semaine à venir et rappel circonstancié des exigences éthiques locales énoncées lors de la réunion téléphonique préparatoire.

Lundi 23 Septembre :

Inventaire de la pharmacie. Important : différents lots de médicaments ont été donnés par d’autres associations de passages dans la vallée, notamment l’association « les enfants des écoles », dont nous ne connaissons pas les responsables. Il s’agit de médicaments utiles (antibiotiques, antalgiques) de date de péremption éloignée, à visée adulte et pédiatrique. Ce n’est pas la première fois que des médicaments sont donnés au dispensaire, mais cela soulève des questions d’appropriation, de gestion, et de redistribution de ces produits adultes et pédiatriques. Nos inventaires mis à jour à chaque fin de mission sont rapidement obsolètes. Les médicaments à visée pédiatrique seront intégrés à la dotation de PDM à la demande de nos correspondants locaux.

Nous ne verrons que 16 enfants ce Lundi, pour des raisons tenant principalement aux horaires scolaires : nous n’étions pas prêts à les recevoir avant 11 heures, et il n’était pas possible de les voir après 18 heures (tombée de la nuit, fatigue scolaire ...).

Caroline, accompagnée de Virginie et Meriem, l’infirmière interprète, verra à leur domicile trois femmes enceintes avec un projet d’accouchement à domicile. De ces échanges fructueux, sans contingence de temps, naît une demande d’information autour de la physiologie féminine que les participantes prévoient d’organiser le lendemain à lamaison des femmes ou dans un local près de la mosquée (cf CR de Caroline mis en annexe).

De façon très interactive, tous les enfants de 4 ans et plus ont bénéficié grâce à Vanessa aidée si besoin de Virginie, d’une séance d’éducation pour la santé (lavage des mains et hygiène bucco-dentaire) par groupe de 5-6, d’un dépistage visuel et auditif chez les tous petits. (cf CR de Vanessa mis en annexe). Vanessa remercie Catherine Aubin de leur entretien téléphonique préparatoire.

Mardi 24 Septembre :

Nous verrons 58 enfants de 2 mois à 15 ans en consultation dans les deux salles de consultations du dispensaire (Antoine, Claire et Amandine). Excellente organisation qui permet aux enfants de ne pas attendre et à l’équipe PDM de travailler dans des conditions optimales.

Caroline poursuit ses consultations et échanges avec les femmes d’Imzough (cfannexe).

Vanessa conduit ses ateliers de formation à l’hygiène toujours de façon très interactive et ludique, avec une prononciation berbère des messages clés très appréciée de tous (cf annexe).

Nous voyons un peu moins d’enfants qu’à l’accoutumée. Reste à comprendre pourquoi.

En fin de journée :

a) Débriefe de l’équipe : un peu d’éthique.

b) Débriefe avec Houssain : pour les travaux du Dispensaire, dont PDM a versé le financement du matériel à Ahouach France, il est prévu qu’Isabelle Demeyère vienne en Octobre apporter les fonds versés par PDM, ce qui permettra la réalisation des travaux en Novembre.

c) Préparation de la pharmacie et du matériel à transporter le jeudi pour Tidli.

d) Saisie informatique des fiches faites le soir même, pour comprendre cepetit volume d’enfants, et faire le bilan de santé des enfants.

  1. Pour les villages d’Imzhough et Gliz, le nombre d’enfants vus est comparable à celui des années précédentes, mais seuls 7/17 enfants d’Agadir ont été vus.
  2. Bilan de santé des 73 enfants des villages du haut de la vallée (Agadir, Imzhough et Gliz).
  • De façon casuelle : Claire qui excelle dans le dépistage visuel, suspecte une cataracte de forme familiale chez un enfant déjà repéré comme porteur d’uneforte anomalie visuelle.
  • En accord avec Houssain Idali, vu les difficultés d’un premier contact il y a quelques années sur l’hôpital de Marrakech, il est prévu de présenter cet enfant à la caravane d’ophtalmologie qui se présente à date variable au col de l’Oukaïmeden pour y opérer les habitants des vallées avoisinantes.
  • De façon globale : retenons comme pathologie : 6 jeunes filles avec un goître. Trente enfants ont reçu un traitement en fer en raison d’une pâleur cutanéomuqueuse, Quarante-deux ont reçu un traitement en azole en raison soit de douleurs abdominales ou de signes cliniques de parasitoses. Un traitement antibiotique a été proposé à quatre enfants en raison de dents douloureuses avec inflammation de la gencive et/ou ganglions, 1 otite. Enfin, 15 enfants ont une taille inférieure de celle attendue pour l’âge (inférieur à -2 Zscore), soit une légère diminution depuis le début des missions dans l’Oussertek.
  • Question soulevée par Claire : comme ces enfants sont suivis régulièrement, un recueil plus exhaustif de certains indicateurs de santé, dans une mise en page particulière à destination d’un médecin novice est pertinente, faisable, utile ou pas.

Mercredi 25 Septembre ; Descente à Tidli (1h 15 de marche) avec les médicaments à dos de mules.

La maison du village qui nous était proposée depuis trois missions est maintenant occupée. La consultation se déroulera dans un gite en construction.

Vanessa poursuit ses séances d’éducation pour la santé en berbère, Caroline voit les femmes enceintes aidée de Meriem comme traductrice.

Les consultations se font dans une même pièce pour les trois pédiatres, sur deux banquettes et un tapis de sol. Grâce à l’efficacité du travail de secrétariat effectué par nos interprètes, Virginie et Vanessa, il est tout à fait possible d’adsorber dans le calme le volume de consultations.

Saisie informatique des fiches faites le soir même, pour faire le bilan de santé des enfants.

1) Pour le bas de la vallée, 52 enfants ont été examinés cette année, ce qui est conforme aux années précédentes. Les enfants de Tinghar ne sont plus vus depuis que nos missions se déroulent en dehors de l’école. Faudra-t-il étendre la mission sur le site même de Tinghar (suggestion de Houssain) ? Ceci soulèverait un problème de calendrier si les missions Oussertek/Imnane venaient à être couplées).

2) Bilan de santé des enfants de Tidli : onze jeunes filles se présentent avec un goitre, une d’entre elles est porteuse d’une hypothyroidie identifiée biologiquement il y a cinq ou six ans, mais ne prend pas son traitement. La plupart des autres enfants ont été repérées lors des missions précédentes. La mesure répétée du périmètre cervical lors de nos missions montre aujourd’hui une diminution importante de la taille de ces goitres, sans que l’on ait de réelle explication (évolution spontanée ou respect de nos conseils répétés d’apport de sel iodé (sel de mer) en remplacement du sel de terre habituellement consommé dans ces vallées ?).

Vingt-deux enfants recevront un traitement en fer en raison d’une pâleur cutanéo- muqueuse, et trente-neuf recevront un traitement en azole en raison soit de douleurs abdominales ou de signes cliniques de parasitoses. Un traitement antibiotique a été proposé à 5 enfants en raison de dents douloureuses avec inflammation de la gencive et/ou ganglions.

Enfin, dix-huit enfants de Tidli ont une taille nettement inférieure de celle attendue pour l’âge (inférieur à -2 Zscore), et comme dans le haut de la vallée, ce phénomène est en légère diminution depuis le début des missions dans l’Oussertek. Tous ces enfants avec un Z score de taille attendue pour l’âge < - 2 DS ont été repérés lors des misions précédentes.

Aucun enfant ne sera vu cette année avec des signes de dénutrition/déshydratation aigue (ni dans le haut, ni dans le bas de la vallée). Ainsi globalement au fil des années, la santé des enfants semble s’améliorer.

Jeudi 26 Septembre : journée temps-mort, où seuls quelques enfants et femmes enceintes seront examinés. Inventaire du stock de médicaments restant et non atteint par la date de péremption pour la prochaine mission de printemps 2020. Fin de saisie informatique. Claire se fait aider d’Amandine et Vanessa pour écrire un modèle d’observation standardisé très complet. L’idée est de mettre à disposition du médecinpour chaque enfant un résumé - papier des antécédents et des points méritant une action particulière. Ménage du dispensaire.

Vendredi 27 Septembre : aux-revoirs, remerciements chaleureux des interprètes, aide-soignant et accompagnateurs de notre mission pour la qualité du travail effectué,ainsi qu’à Houssain Idali pour tout son travail préparatoire à la mission et son assistance quotidienne tout au long de la mission. L’équipe PDM se sépare et c’est assez complexe :

  • Remontée à pied au col de l’Oukaïmeden pour Claire, Vanessa et Amandine. Retour sur Marrakech en taxi.
  • Début d’une randonnée de 5 heures pour Virginie et Antoine sous la guidance de Mohamed, en direction de la vallée d’Imnane par le « col des terres rouges », direction un gite à Ouanskra. (cf compte rendu de la mission exploratoire).
  • Houssain emmène Rakia et Lahcen à Asni par la route (Oukaimeden et Tawaloute,si j’ai bien compris), avant de regagner le fond de la vallée d’Imnane en passant par la vallée d’Imlil et le col de Tinoghrine (80 kms environ).

Au total : La caractéristique de l’action de PDM dans cette vallée de l’Oussertek est d’y suivre régulièrement les mêmes enfants depuis près de 8 ans.

Cette spécificité du suivi justifie-t-elle le développement de fiches de suivi plus complètes, le renforcement des conseils diététiques pour les enfants clairement identifiés comme porteur d’un retard statural pour l’âge, une prise en charge plus effective des enfants relevant d’une pathologie médicale repérée (cf proposition de Claire en annexe).

Parallèlement à la présence de PDM, l’environnement économique évolue doucement dans la vallée. La route en latérite vers Asni, l’installation de nouveaux couples, la construction d’étages en parpaings au-dessus des murs traditionnels en pierres, la réfection des mosquées, la construction d’une maison d’artisanat pour les femmes, le fonctionnement d’une laverie sont autant de marqueurs des progrès. Ainsi, la santé des enfants de la vallée s’améliore, possiblement en raison de ces améliorations économiques et des actions régulières de PDM.


 

2ème partie – mission exploratoire
Lieu et dates : Vallée d’Imnane 27 et 28 Septembre 2019

 

Participants
Pédiatres
: Antoine Burguet,
Coordinatrice : Virginie Rossi-Pérès, Président d’Ahouach Maroc : Houssain Idali

Objectifs

Apprécier, lors d’une première prise de contact, si les modèles de Soins, Formation et Education pour la Santé (EPS) appliqués dans la vallée del’Oussertek (implication des mères) et même à Skoura (implication des écoles), sont transposables dans la vallée d’Imnane. Ce travail est complémentaire à la mission exploratoire effectuée il y a quelques semaines à Asni (Hélène de Leersnyder, Bénédicte Blanc, Catherine Aubin).

Lieu : pas facile à comprendre mais étape indispensable (cf carte)

La randonnée organisée par Houssain Idali permet de comprendre la géographie complexe de la région d’Asni. Il nous a fallu quatre heures pour rallier à pied le dispensaire d’Imzough (Oussertek) à celui de Timguist (Imnane) distant d’une dizaine de kms seulement mais avec le passage d’un col, sous la guidance patiente de Mohamed Youzalem. Dans le même temps, Houssain Idali reliait lui les deux dispensaires par la piste et la route, en passant par le col de l’Oukaimeden, Asni, Imlil soit une boucle d’environ 80 kms. Si l’on couple les missions de l’Oussertek et de la vallée d’Imnane, c’est par la route qu’il nous faudra passer pour des raisons logistiques.

La région d’Asni comprend au moins trois vallées aux développement économique et aménagement routier complètement différents :

  • 1) la vallée de l’Oussertek que nous connaissons, est la vallée la plus à l’Est. Cette vallée est desservie par une piste joignant Asni au col de l’Oukaimeden entraversant les cinq villages qui sont de bas en haut : Timghar, Tidli. Imzough, Agadir et Gliz.

  • 2) La vallée d’Imlil, la plus à l’ouest, vallée très touristique, desservie par une route goudronnée de bonne qualité, vallée où nous n’avons pas à intervenir.

  • 3) La vallée d’Imnane qui nous intéresserait, est située entre les deux précédentes vallées. Elle comprend tout un chapelet de villages : Les villages susceptibles de nous intéresser sont notamment du bas en haut de la vallée : Amssakro, Ikkis, Tinoghrine, Tamguist (dispensaire), Ouanskra (notre gite) et Tachdirt. Cette vallée est parallèle à la vallée d’Imlil. Tous ces villages sont reliés par une piste qui sera goudronnée à partir du haut de la vallée, c’est-à-dire des villages les plus éloignés d’Asni. Cette partie goudronnée part aujourd’hui de la vallée d’Imlil voisine, emprunte un col pour gagner le haut de la vallée d’Imnane, et s’arrête au village d’Ouanskra. Il est prévu dans un futur assez proche quecette route goudronnée redescende vers les villages du bas de la vallée d’Imnanepour rejoindre Asni et ainsi faire une boucle. Les villages les plus développés économiquement et accessibles sont ainsi paradoxalement ceux du haut de lavallée d’Imnane, et c’est dans ces villages qu’il nous est demandé d’intervenir.


Nos interlocuteurs et nos potentiels partenaires

On trouve dans la vallée d’Imnane des similitudes avec l’Oussertek.

La demande part d’une association, « les bassins d’Imnane pour le Développement » et son président Monsieur Mohamed Aourik. Cette association semble fédérer toutes les associations de la vallée dans le domaine de la santé. M Mohamed Aourik, habite Tamguist.

Tout comme la famille Idali dans la vallée de l’Oussertek, la famille Aourik est fortement implantée dans le haut de la vallée d’Imnane. Le beau-frère de Monsieur Mohamed Aourikqui s’appelle également Mohamed Aourik, est le propriétaire et animateur du gite où nous dormons. Petit bémol : le président de l’association ne parle pas le français aisément, et la présence d’un traducteur est nécessaire. Monsieur Aourik nous a fourni le nombre d’enfants de moins de 16 ans recensés dans chaque village de la vallée d’Imnane. Il s’agit d’une information précieuse car elle suggère un nombre d’enfants beaucoup plus important que dans l’Oussertek (cf annexe 2).

Le dispensaire qui accepterait nos consultations est situé à Tamguist. Nous avons pu nous y rendre. C’est un dispensaire aux murs roses, assez neuf, un peu à l’écart du village, accessible par la piste et sans doute un peu triste quand nous l’avons vu, en plein soleil et sans aménagement décoratif. L’infirmière qui y travaille n’était pas présente, et nous n’avons pu nous rendre compte de ses conditions de travail dans son propre bureau. Cette infirmière, dont on ignore le statut de permanence ou pas n’est donc pas au courant de nos projets. Les autres pièces du dispensaire sont spacieuses, et elles pourraient accueillir d’une part un mini-secrétariat pour l’accueil des enfants, et d’autre part les consultations. Mais ces pièces ne peuvent nous convenir en l’état : un gros travail deménage, d’enlèvement des stocks de médicaments périmés (antibiotiques oraux, mais aussi insuline ou antalgiques injectables), de peinture, de remise en état des tables d’examens et bureau de médecin, de vérification de l’adduction et de l’évacuation de l’eau doit être effectué : nos correspondants nous ont affirmé que l’eau fonctionnait, mais cela reste à vérifier.

Nous avons pu rencontrer le Directeur de l’école de Tamguist, M ...... : malgré le caractère improviste de la rencontre avec Mr le Directeur, celui-ci a paru à notre disposition pour une présentation ultérieure mais complète du modèle de travail proposé dans les écoles à Skoura. Cette école est remarquablement bien tenue, plusieurs enfants bénéficientde lunettes de vue (ce qui n’est pas le cas dans l’Oussertek). Nous n’avons pas vu de lavabos dans la cour. Il s’agit d’un premier contact qui ouvre la porte à une préparation de la prochaine rencontre par échanges de mails (présentation plus complète des objectifs de PDM et de son modèle de fonctionnement dans les écoles).

Conclusion : un premier contact vient d’être établi entre PDM et l’association « les bassins d’Imnane pour le Développement». Certains éléments sont compatibles avec le développement d’un modèle de fonctionnement de nos missions sur l’un des modèles adoptés dans l’Oussertek et même à Skoura tant semble forte à première vue l’organisation de l’école de Timguist. Il n’est pas certain que les consultations puissent débuter lors de la prochaine mission d’Avril, mais pourquoi pas, si l’on n’est pas trop exigeant sur le confort du lieu de consultations, et l’efficacité en terme de prise en charge concrète immédiate.